Pour pouvoir visualiser son contenu vous avez besoin de Adobe Flash Player.

Accueil Chapîtres Bibliographie Errata La scandaleuse La suite Contact 

Errata

Cliquez ici pour éditer le texte

Page 259 lire :L’année 2001 commence avec une nouvelle qui surprend les Colombiens. Ingrid Betancourt publie en France son livre « La Rage au Cœur » dans lequel elle dénonce la classe politique colombienne et se fait passer pour celle qui peut sauver la Colombie de la corruption. Dans les pages antérieures, on a vu comment elle s’est mise toute la classe politique à dos, en critiquant vertement l’un ou l’autre de ses collègues de la Chambre des Représentants ou du Sénat de la République. On se demande si elle pensait, en publiant son livre à l’étranger, pouvoir récupérer un peu de crédibilité dans son pays ? C’est tout l’inverse qui s’est produit, mais elle a réussi à manipuler l’opinion publique française J902. Son livre l’a enfoncé dans son propre pays, car on la connaissait « petite folle et menteuse » J902. Elle a aussi jeté le discrédit sur toute la Colombie et son Président Alvaro Uribe Vélez fraîchement élu en 2002.Page 273 lire :La rupture des négociations du gouvernement avec les FARC le 20 février 2002 et les attentats qui ont suivi ont terminé de convaincre la population que le seul moyen de mettre de l’ordre en Colombie est la force militaire et d’avoir à la tête de l’Etat un Président décidé à s’y confronter.Page 331 lire :1.- Le 20 février 2002, Carlos Fonseca, du parti Oxígeno Verde, se trouve à San Vicente de Caguán à un conseil communal. Vers 18h, il reçoit un appel téléphonique d’Eduardo Chávez qui lui demande de se rendre le lendemain à Barranquilla pour faire une réunion, avec un grand nombre de membres du parti, afin de savoir s’ils doivent appuyer la candidature d’Alvaro Uribe. La réunion terminée, il prend une voiture et se rend à Florencia. Trois heures après son départ, il entend que le Président Pastrana prend la décision d’en terminer avec la Zona de Distensión et d’envoyer l’armée. Le 21 février, il se rend par avion à Barranquilla, et très tôt, il reçoit un appel téléphonique d’Adair Lamprea lui demandant ce qu’il faisait. Il lui fait part du voyage et du but de la réunion. Lamprea le consulte sur la possibilité du voyage d’Ingrid à San Vicente de Caguán. Carlos Fonseca l’avertit que les conditions ont changé radicalement. Autrement dit, il le met en garde.Page 339 lire :La supposition du photographe, qu’« elle est allée se rendre dans la gueule du loup » se confirme donc. Adair dira qu’elle est « livrée en pâture aux FARC » L660. Cela est absolument faux.Page 420 lire:Début mai 2002, alors que la Colombie vit une situation compliquée depuis la rupture des dialogues de paix avec les FARC le 20 février 2002, ....Page 482 lire :« Nous ne considérons pas pertinent d’avoir davantage de facilitateurs ni de médiateurs, le gouvernement prend directement la solution de ce problème dans ses mains ».